Le deuxième coup de force militaire conduit en neuf mois au Mali prend une nouvelle dimension : la Cour constitutionnelle malienne a déclaré, vendredi 28 mai, le colonel Assimi Goïta chef de l’Etat, et président de la transition censée ramener les civils au pouvoir. Selon l’AFP, un arrêt de la cour stipule que le viceprésident de la transition, le colonel Goïta, «exerce les fonctions, attributs et prérogatives de président de la transition pour conduire le processus de transition à son terme», et qu’il portera «le titre de président de la transition, chef de l’Etat». La Cour constitutionnelle en arrive là après avoir constaté la «vacance de la présidence» consécutive à la démission de celui qui était jusqu’alors le président de la transition, Bah Ndaw.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here