Suite au décès mardi du président Idriss Déby Itno des suites d’une blessure au front, son fils Mahamat Idriss Déby Itno (37 ans), jusqu’ici commandant en second de l’armée et responsable de la garde présidentielle, est désigné président du Conseil militaire de transition (de 18 mois) pendant que la Constitution est suspendue.

Élevé par la mère d’Idriss Déby, « Mahamat Kaka » (kaka signifiant « grand-mère » en arabe tchadien) a ensuite suivi les cours du Groupement des écoles militaires interarmées du Tchad puis a fait un bref passage au lycée militaire d’Aix-en-Provence. Dès son retour au pays, son père le verse dans la Direction générale de service de sécurité des institutions de l’État (DGSSIE), la garde prétorienne du régime.

En mai 2009, il participe à la bataille victorieuse d’Am-Dam contre une coalition rebelle menée par Timan Erdimi, dans l’est du Tchad.

Dès 2010, il reçoit au sein de la DGSSIE le commandement de l’escadron blindé et des gardes du corps. En 2012, il est ensuite nommé à la tête du groupement numéro 1 de la DGSSIE (sur trois groupements), chargée de la sécurité du palais présidentiel.

En 2013, il est nommé au poste de commandant en second des Forces armées tchadiennes en intervention au Mali (Fatim), dans le nord du Mali, sous les ordres du général Oumar Bikomo, mais en serait le chef officieux2.

À peine une semaine après le 1er tour de l’élection présidentielle, dont les premiers résultats provisoires l’annoncent vainqueur, à 79,32%, Idriss Deby Itno a été victime d’un violent coup d’État. Selon plusieurs sources concordantes, le président du Tchad a été touché et coulé, d’une balle au front.

Depuis quelques jours, les rebelles du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT), tentaient de prendre le pouvoir, avec l’objectif de déloger le maréchal Idriss Déby, qui dirigeait le pays depuis 30 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here