TELLE EST la substance du message téléphonique que me transmit, tôt ce dimanche 22 juillet 2018, Ouztas Abdoulaye Ndao, frère cadet de Imam Alioune Badara Ndao, fraichement sorti de prison, après 2 ans et 9 mois d’incarcération injuste.

JAMRA était aussitôt montée au créneau, dès le 29 octobre 2015, soit trois jours après son interpellation, pour DÉNONCER, en direct à la TFM, la scandaleuse arrestation de Imam Alioune Badara Ndao, accusé d’être « de connivence avec des mouvances jihadistes ».

CES RETROUVAILLES furent empreintes d’émotion mais riches d’enseignements. Ce grand érudit était resté égal à lui-même. D’une modestie déroutante. Une force d’âme à toutes épreuves. Doublée d’une générosité intellectuelle qui force toujours l’admiration.

JAMRA avait retrouvé à l’Hôtel « Térou-bi », sur la Corniche-Ouest, un Imam Ndao rayonnant d’énergie. Grand patriote, sans cesse préoccupé du devenir de son pays.

BIEN QUE venant à peine de humer l’air de la liberté, Imam Alioune Badara Ndao semblait plus que jamais déterminé à poursuivre son combat dans la défense des nobles causes sociétales. Comme cette oeuvre hautement citoyenne, que l’on dissimule souvent à dessein, à l’actif de ce grand érudit moderne, qui avait généreusement offert à l’Etat sénégalais 10 mille m2 de terrain, pour les besoins de construction d’une école moderne dans le quartier de Ngane-Extension, à Kaolack. Un cinglant démenti à ceux qui repandaient sur son compte des rumeurs de connexions idylliques avec la secte islamiste « Boko Haram » (anti-écoles occidentales).

SA PROMPTITUDE à voler au secours des indigents était restée intacte. Mais Imam Ndao nous exprima surtout sa détermination à renforcer son partenariat avec JAMRA, à qui il a tenu à exprimer de vive voix toute son affection, pour la promptitude de sa réaction, dés le lendemain de son arrestation; et à être RESTÉE CONSTANTE dans sa posture, fustigeant publiquement cette INJUSTICE. Même pendant les phases les plus incertaines de l’évolution de ce dossier, que le gouvernement français suivait de très près.

QU’ALLAH LE COUVRE DE SON MANTEAU DE MISÉRICORDE ET L’ACCUEILLE EN SON SAINT PARADIS.

Barak Allahou fik,
El Mujahidul Kabir.
(JAMRA).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here