Quelques jours seulement après sa libération, Guy Marius Sagna monte au créneau pour s’attaquer au Chef de l’État, le Président Macky Sall. Selon l’activiste et tête de liste de Yewwi Askan Wi pour les élections législatives du 31 juillet prochain au niveau du département de Ziguinchor, Macky Sall a piqué une crise en voyant les images de la foule rassemblée au rond-point Aline Sitoé Diatta lors de cette manif du 17 juin, qui a été la seule réussie au niveau national, malgré l’interdiction. Chose qui a frustré le Chef de l’État selon l’activiste.
 
Guy Marius Sagna s’en est pris à la gendarmerie nationale qui selon lui était une référence, mais a perdu ce symbole par ces actions le jour du 17 Juin dernier et le long des jours qui ont suivi cette marche.  » Le 23 mars dernier, nous avons tous été témoins des bavures de la police en l’encontre d’honnêtes citoyens qui ne faisaient que réclamer leur droit. Tous pensaient que seule la police se livrait à des actes de tortures des sénégalais. Le 17 juin dernier, nous avons vu la gendarmerie œuvrer dans la torture et la maltraitance des personnes arrêtées, après la marche. Durant tout le temps passé au niveau de la gendarmerie, des actes de tortures d’une extrême violence ont été menée envers ces jeunes arrêtés. Les têtes de certains ont été fracassées sans être soignés, durant les cinq jours passés à la gendarmerie de Néma. D’autres ont vu leurs parties intimes agrafées », révèle Guy Marius Sagna. Des actes graves, selon l’activiste, qu’il faut condamner et dénoncer.
 
Guy Marius Sagna insiste et persiste sur l’utilisation d’armes à feu par la gendarmerie, cela, après que la Président Macky Sall a donné l’ordre de tirer et mater la foule nombreuse venue répondre à l’appel de YAW. Pour l’activiste, la Casamance doit cesser d’être le théâtre d’utilisation d’armes à feu envers des manifestants. Guy Marius Sagna et ses camarades de YAW été en conférence de presse hier au siège de Pastef.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here