La coalition Aar Sénégal dénonce toutefois l’interdiction de manifestation et les arrestations «arbitraires» des députés Déthié Fall, Mame Diarra Fame, Cheikh Abdou Mbacké Bara Dolly et d’autres gens comme Guy Marius Sagna etc. «Depuis un certain temps, nous avons noté un recul de la démocratie, une agression des libertés au Sénégal. La liberté de manifester est constitutionnalisée au Sénégal et notre constitution ne dit pas qu’on doit demander une autorisation de manifester mais qu’il faut faire une déclaration de manifestation qui est étudiée par les autorités en charge des manifestations et elles délivrent un quitus. Les interdictions de manifester doivent être une exception. Toutes les forces de l’ordre qui sont sorties le 17 juin dernier pour bunkeriser les maisons des opposants, si on les avait utilisées comme on avait fait le 8 juin dernier pour sécuriser la manifestation, il n’y aurait pas eu de débordement. On est en face d’un Etat hors la loi, qui est en train d’aller au-delà de toutes les règles pour pouvoir asseoir son pouvoir», a déclaré Théodore Chérif Monteil. Le parlementaire annonce qu’ils vont déposer une demande pour leur libération. «Le règlement intérieur de l’Assemblée nationale en ses articles 51 et 52 règle les immunités. Ils parlent de levée de l’immunité parlementaire ou de l’arrêt des poursuites et la suspension des détentions. Donc, n’importe quel député peut introduire une requête et invoquer ces articles pour demander l’arrêt des poursuites. Une commission ad hoc de onze membres sera mise en place et va étudier le dossier et arrêter les poursuites. Nous sommes en train d’y travailler, la députée Marème Soda Ndiaye et moi et demain (aujourd’hui), nous la déposerons», a fait savoir Théodore Chérif Monteil.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here