Serigne Assane Mbacké «Khelcom» est un conférencier religieux. Il est soupçonné d’être le cerveau d’un réseau qui exploitait sexuellement des jeunes mineurs. Ses complices présumés sont au nombre de quatre. Ils ont tous été arrêtés vendredi dernier par la Division spéciale de cyber-sécurité (DSC).

Déférés au tribunal de Dakar hier, lundi, ils ont bénéficié d’un retour de parquet. D’après Libération et L’Observateur du jour, les cinq mis en cause seront présentés au procureur de la République ce mardi.

Serigne Assane Mbacké «Khelcom» et sa bande sont poursuivis pour association de malfaiteurs, corruption de mineurs, actes contre nature, pédophilie, viols sur mineurs, proxénétisme et menace au préjudice de jeunes garçons. Leurs victimes présumées : O. Diouf et T. Khamary, qui sont âgés, respectivement, de 16 et 17 ans. C’est suite à la plainte contre X du père du premier, alerté par le proviseur du lycée de son fils, qui est élève en classe de seconde, que la DSC est entrée en action.

Devant les enquêteurs, Serigne Assane Mbacké «Khelcom» a d’abord tenté de nier les faits. D’après L’Observateur, le conférencier prétendait n’avoir entretenu que des relations fraternelles avec les deux garçons. Il finira, selon le journal, par avouer avoir abusé d’eux dans sa chambre à Guédiawaye.

Le «cerveau» a aussi reconnu avoir organisé et assisté dans la même pièce aux relations sexuelles entre T. Khamary et l’un de ses co-accusés, Khadim Samb dit Djimbory, un chanteur religieux.

Pour se dédouaner, Serigne Assane Mbacké a déclaré souffrir de pulsions sexuelles qu’il n’arrive pas à maîtriser. Ce qui, laisse-t-il, entendre, expliquerait également sa consommation compulsive de vidéo pornographiques, à caractère gay, remarquée grâce à l’historique de navigation de son téléphone portable.

Le mis en cause a également confié aux enquêteurs, toujours pour justifier ses actes, avoir subi des actes pédophiles durant son enfance. Djimbory a servi la même histoire pour expliquer lui aussi ses penchants homosexuels.

Les enquêteurs se disent persuadés que Serigne Assane Mbacké et Djimbory n’ont pas révélé tous les secrets de l’affaire. Ils seront mis à la disposition du procureur ce mardi. En même temps qu’un réceptionniste de l’hôtel Nina nommé Abdourahmane Lô, le commerçant Ibrahima Badiane et le menuisier Baïdy Hamady Sow.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here