Agent judiciaire de l’Etat (Aje), Me Moussa Bocar Thiam a apporté des « éclairages » sur la controverse autour de la liste Yewwi askan Wi de Dakar en vue des élections législatives du 31 juillet prochain. D’emblée, il précise que « la Dge ne peut prendre une autre décision que de la rejeter. C’est la loi, elle est très claire. La liste est irrecevable ». L’avocat estime que les leaders de ladite coalition le savent, c’est pourquoi ils veulent corriger.

« Si faute il y a, c’est au sein de Yewwi askan Wi. Parce qu’ils parlent de falsification de leur liste, ce qui n’est pas possible. Car, le mandataire de chaque parti ou coalition de partis dépose avec deux exemplaires, l’un est déposé à la Cena, l’autre copie à la Direction générale des élections. Et chaque candidat investi sur la liste fait ce que l’on appelle une déclaration de candidature », a-t-il ajouté, sur le plateau de Seneweb tv. Me Thiam de rappeler, dans la foulée, qu’un récépissé est remis au mandataire.

Revenant sur le parrainage, le maire d’Ourossgui soutient qu’une liste peut être rejetée pour doublons et la vérification se fait devant le mandataire.

Par ailleurs, il parle de « désistement frauduleux » faisant ainsi allusion du retrait du maire de point E, Palla Samb.

« Aussi, a-t-il fait comprendre, même s’il y a des changements, cela ne porte pas sur la parité. On peut changer si un candidat est déclaré inéligible, par exemple, si celui inscrit sur la liste a un casier judiciaire qui n’est pas vierge ou bien quand il y a des pièces périmées ou erronées, émanant d’une erreur matérielle sur un document ».

A en croire toujours le juriste, en cas de décès d’un candidat, on peut changer le candidat.

Par contre, précise l’Agent judiciaire de l’Etat, « si on commet des erreurs manifestement irrecevables, ce n’est pas possible de la corriger : il s’agit de la caution, de la caution, du nombre d’inscrits sur la liste, entre autres ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here