Après le cas Astou Sokhna à Louga, une rocambolesque affaire secoue l’hôpital régional El Hadj Ibrahima Niass de Kaolack. En effet, un nourrisson, répondant au nom de Souleymane Diallo, a été déclaré mort avant d’être retrouvé vivant par les agents de la morgue.

Ému et très en colère, son père, Al Hassan Diallo, a saisi les éléments du commissariat central de police de Kaolack.

Réagissant d’ailleurs à cette requête, le Procureur près le Tribunal de grande instance a rassuré qu’une enquête est en cours pour tenter d’élucider cette affaire.

Auparavant, l’hôpital, par le biais du Dr Kalidou Ly, président de la Commission médicale d’établissement (Cme), a admis « l’erreur » d’une aide-infirmière qui, selon lui, a délivré une attestation de décès sans demander l’avis de la sage-femme. Il rassure qu’une les responsabilités seront situées.

Le bébé, né le 1er mai dernier, a finalement rendu l’âme dans la not du vendredi à samedi avant d’être inhumé à Likem, son village natal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here