Le Sénégal affronte, ce dimanche, l’Égypte en finale de la 33e édition de la Coupe d’Afrique des nations (Can). Les Lions visent leur premier titre continental face aux Pharaons sacrés sept fois.
Malgré le passé glorieux des Pharaons, les Lions partent avec cinq avantages avant le coup d’envoi de la partie. 
 
Fatigue physique des Égyptiens 
Moins brillants en phase de poules, les Égyptiens ont dû batailler pour accéder en finale. Ils ont éliminé successivement la Côte d’Ivoire, le Maroc et le Cameroun, tous au bout de la nuit, après 120 minutes de jeu. 
Ce fait majeur équivaut à presque un match de plus par rapport à l’équipe du Sénégal qui, au-delà d’avoir résumé ses rencontres dans le temps réglementaire, bénéficie d’un jour de repos de plus que son adversaire de la finale. Quand on sait l’effet de la fatigue physique dans le football de haut niveau, on se dit que les hommes de Cissé ont une belle carte à jouer. 
L’Égypte sans cinq joueurs majeurs
L’Égypte tentera de défier le Sénégal sans cinq joueurs de son effectif. Omar Kamal et Daoued sont suspendus, tandis que Tawfik, Hegazy et le gardien titulaire El Shennawy sont forfaits pour blessure.
 
Des absences de poids, puisque le latéral droit Omar Kamal avait impressionné les observateurs en remplaçant Akram Tawfik, blessé aux ligaments en début de compétition. Un coup dur qui va pousser le staff égyptien à bricoler pour espérer contenir Sadio Mané. 
 
Égypte, monstre tactique sans son maître
Suspendu lors de la demi-finale contre le Cameroun, le sélectionneur des Pharaons, Carlos Queiroz, ne sera pas sur le banc, ce soir. 
Un véritable coup dur pour le bloc égyptien qui a démontré, au fil de la compétition, sa rigueur tactique impulsée par le technicien portugais de 68 ans. 
Rapport de force en faveur du Sénégal 
Avec seulement 5 buts marqués durant toute la compétition contre 9 pour le Sénégal, l’Égypte a affiché, au fil de la compétition, une pauvre animation offensive, ne reposant que sur sa rigueur tactique et le génie de Salah. 
 
Si les deux équipes ont démontré, de par les statistiques, qu’elles sont au même niveau sur les phases défensives (2 buts concédés de part et d’autre), un rapport de force devrait faire basculer la rencontre. Et sur ce registre, le Sénégal présente un léger avantage, au vu de la qualité de son groupe et de la dynamique récente.
 
Pour dire que si la défense sénégalaise devait être en mesure de contenir les assauts adverses, ce serait moins le cas dans le camp d’en face.
Sadio Mané, le bon élève 
Il a mis fin à toutes les interrogations sur son investissement avec la tunique nationale, durant cette Can. À travers son talent et son caractère, il a démontré qu’il est sans doute le meilleur joueur de l’histoire de cette jeune nation.
À 29 ans il est sur le point de faire remporter à son pays son premier sacre continental dans cette compétition majeure. En champions League européenne, il avait d’abord perdu contre le Real Madrid, avant de revenir prendre sa revanche contre Tottenham l’année suivante.
 
Pour le Ballon d’or africain, en bon joueur, il a célébré le sacre de Salah à Dakar avant de prendre sa revanche l’année suivante. S’ensuivit la désillusion face à l’Algérie avec ce trophée tant convoité par les yeux de Mané et qui devrait, sauf grosse surprise, lui revenir dès ce soir et confirmer son statut de bon élève.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here