L’armée de Guinée-Bissau a lancé mercredi 2 février une vaste opération, y compris au siège du gouvernement, selon un responsable militaire, pour retrouver les commanditaires et les protagonistes de la tentative de coup d’État qui a tué 11 personnes mardi, et sur laquelle subsistent de nombreuses zones d’ombre. Le Président et les ministres sont sortis indemnes, mais les combats ont fait 11 morts, selon le porte-parole du gouvernement Fernando Vaz, également ministre du Tourisme. «Le gouvernement déplore (…) la perte de 11 vaillants hommes au cours de l’attaque. 11 victimes, des militaires et paramilitaires, quatre civils dont le chauffeur et un haut cadre du ministère de l’Agriculture», a déclaré M. Vaz au cours d’une conférence de presse à Bissau, hier, mercredi. Il a également dénoncé une «attaque violente et barbare visant à décapiter l’Etat bissau-guinéen». Contrairement à ce qui était espéré, il n’a pas donné de détails supplémentaires. Il a parlé d’un acte « perpétré par des gens animés par des intentions inavouées», avec l’appui de «personnes ayant des capacités financières». Les premiers éléments de l’enquête indiquent en effet que les auteurs de ce coup d’Etat encore tapis dans l’ombre avaient mobilisé des moyens financiers conséquents, une grande quantité d’armes et de munitions qu’ils ont mises à la disposition d’un groupe de militaires pour prendre d’assaut le siège du gouvernement, selon Fernando Vaz. «Les armes et munitions trouvées sur place indiquent que cet atteinte à l’ordre constitutionnel a été préparée avec rigueur», rapporte Rfi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here