Le Président du Libéria, George. Weah, a fait remarquer que c’est la modification des Constitutions par les chefs d’Etat qui explique la fréquence des coups d’Etat militaires en Afrique. S’exprimant lors du sommet virtuel extraordinaire des chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) qui s’est tenu, hier, mercredi, sur la Guinée et au Mali, M. Weah a demandé à ses pairs de s’interroger sur les causes profondes des putschs dans la sous-région, notamment à la lumière du coup d’Etat survenu à Conakry le week-end dernier. “Est-il possible qu’il y ait une corrélation entre ces événements et les situations politiques où les Constitutions sont modifiées par les limites de mandats par le biais de référendums ?”, s’est interrogé le Président libérien. Il a ajouté : “Ou bien pourrait-il s’agir d’une simple coïncidence ? Si la suppression de la limite des mandats sert de déclencher pour le renversement de gouvernements, alors peut-être que la Cedeao devrait faire tout son possible pour s’assurer que les limites des mandats dans les Constitutions de tous les Etats membres soient respectées.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here