C’est par une vidéo publiée sur les réseaux sociaux que le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, chef du Groupement des forces spéciales guinéennes, a retenu l’attention du public.

Il y assume l’arrestation du chef de l’Etat guinéen et annonce avoir dissout les institutions.

« La personnalisation de la vie politique est terminée. Nous allons mettre en place une transition transparente et inclusive », promet l’homme en tenue militaire.

2018 l’année de son ascension

Le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya est un ancien légionnaire de l’armée française. Il a regagné la Guinée en 2011.

D’abord comme formateur au camp du km36 dans la périphérie de Conakry, la capitale. Puis à Kindia, à 135km de Conakry.

C’est Alpha Condé qui le propulse à la tête des forces spéciales guinéennes en 2018. Il a alors pour mission de diriger cette unité d’élite de l’armée guinéenne chargée de lutter contre le terrorisme.

L’homme avait retenu l’attention de ses compatriotes lors du défilé militaire du 02 octobre, date de la fête d’indépendance du pays, avec une prestation mémorable.

Lui et ses hommes, tous cagoulés, avaient fait une impressionnante démonstration.

Selon un communiqué du groupe à l’origine du coup de force en Guinée, c’est un officier breveté de l’Ecole de guerre, possédant plus de dix-huit années d’expérience militaire, notamment lors de missions opérationnelles (Afghanistan, Côte-d’Ivoire, Djibouti, République Centrafricaine) et de protection rapprochée (Israël, Chypre, Royaume-Uni, Guinée).

Selon la même source, il a aussi accompli la formation de spécialiste en protection opérationnelle à l’Académie de Sécurité Internationale (Israël), le cours de formation des commandants d’unité à l’école d’application de l’infanterie (E.A.I. – Thiès Sénégal), la formation d’officier d’Etat-major (E.E.M.L. – Libreville) et l’école de guerre de Paris.

Sur le plan académique, le nouvel homme fort de la Guinée est titulaire d’un Master 2 (bac + 5) défense et dynamiques industrielles à l’Université panthéon Assas Paris ll.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here