Les élus locaux ont tenté de se défendre suites aux mises en gardes du chef de l’Etat sur l’épineuse question des litiges sur le foncier. Le président de l’Association des maires du Sénégal (AMS) qui a porté la réplique au chef de l’Etat estime que la faute devrait être rejetée sur les agents de l’Etat qui sont engagés dans la plupart des ventes illégales de terrains.

« Nous savons tous qu’il n’est pas possible pour un maire de vendre des terres sans l’autorisation de l’administration qu’elle soit territoriale ou centrale. Ce n’est pas possible. l’État a les vrais pouvoirs en matière d’attributions de terres, c’est les administrations du Domaine, du Cadastre », a-t-il répondu à son frère.

Le maire de Guédiawaye poursuit :  « Qu’on nous appelle à être sérieux, nous sommes d’accord mais les premiers à être premiers interpellés ce sont les agents de l’État ».

Pour rappel, le président de la République, Macky Sall, critiquant les élus locaux à l’occasion de la première édition de la journée nationale de la décentralisation tenue hier, à Diamniadio, a dit : « ce n’est pas parce qu’un maire a une couleur rouge ou verte ou jaune que la collectivité a une couleur verte, jaune, rouge ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here