Le 14 septembre 1997, disparaissait Serigne Abdoul Aziz Sy qui, d’outre-tombe, continuent d’inspirer le monde. Quatrième fils de Seydi El Hadj Malick Sy et de Sokhna Safiétou Niang, celui qu’on appelait affectueusement « Dabakh » pour son altruisme a vu le jour en 1904. Conscient du destin qu’il était appelé à accomplir, il a entrepris, à l’image de son père, des voyages particulièrement studieux auprès du grand érudit Serigne Hady Touré et d’autres pérégrinations qui l’ont mené au Cayor et à Saint-Louis, carrefour d’idées et de connaissances. Il est resté dans la vieille ville jusqu’en 1937 chez Serigne Birahim Diop, un des « Mouqadams » d’El Hadji Malick Sy. Serigne Abdou acquiert rapidement la réputation de poète et de panégyriste très apprécié des membres de la confrérie. Le saint homme s’est illustré par son érudition, son éloquence mais aussi par son engagement pour la cause islamique. Intronisé troisième khalife de la confrérie Tidiane du Sénégal à partir du 13 mai 1957, après la disparition quasi simultanée de ses frères Seydi Ababacar Sy et Serigne Mouhamadou Mansour Sy, il a su être le défenseur des faibles. Régulateur social hors pair, Dabakh entretenait des relations chaleureuses avec toutes les sensibilités religieuses. Après avoir veillé, pendant 40 ans, sur l’héritage de Seydi El Hadj Malick Sy, le sage de Diacksao tire sa révérence le 14 septembre 1997.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here