Plusieurs contestations ont éclaté ce samedi 30 mai dans de nombreuses grandes villes des Etats-Unis pour dénoncer la mort d’un Afro-Américain, George Floyd, 46 ans.

L’image a fait le tour du monde. Le 25 mai, comme le montre une vidéo de plusieurs minutes devenue virale, George Floyd est mort après qu’un policier a pressé son genou sur son cou alors qu’il était à terre dans la rue, non armé et menotté. «S’il vous plaît, s’il vous plaît, je n’arrive pas à respirer», l’entend-on dire. La police le soupçonnait d’avoir utilisé un faux billet de 20 dollars (18 euros) pour acheter des cigarettes, prévenue par l’employé d’une épicerie qui avait appelé le numéro d’urgence 911.

Après plusieurs nuits d’émeutes à Minneapolis pour dénoncer cette mort atroce, des affrontements ont également eu lieu à New York, Philadelphie, Los Angeles et Atlanta, conduisant les responsables de ces deux dernières villes, ainsi que ceux de Miami et Chicago, à annoncer à leur tour un couvre-feu. Vendredi soir, 2 500 policiers et soldats de la Garde nationale et l’imposition d’un couvre-feu n’avaient pas empêché Minneapolis de s’embraser, avec de nombreux pillages et incendies volontaires. Ces manifestants réclament justice pour George Floyd, dont la mort symbolise à leurs yeux le racisme systémique de la police.

Floyd avait quitté le Texas pour commencer une nouvelle vie à Minneapolis, dans le Minnesota,dans le nord des Etats-Unis. L’homme est décrit comme quelqu’un de généreux, qui a perdu son emploi pendant la crise due à la pandémie de Covid-19. Mais il rendra finalement l’âme, lundi 25 mai, face contre terre, le cou sous le genou d’un policier blanc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here