Les hommes qui sont dépendants de l’alcool ou de la drogue sont six ou sept fois plus susceptibles que les autres d’être impliqués dans la violence domestique contre les femmes, selon une nouvelle étude approfondie.

L’étude, publiée dans la revue en ligne PLOS-Medicine, a analysé des centaines de milliers de dossiers médicaux et de données de la police suédoise sur une période de 16 ans.

Elle a également révélé un risque accru de violence conjugale chez les hommes souffrant de maladies mentales et de troubles du comportement, bien qu’il ne soit pas aussi marqué que dans le groupe souffrant de problèmes d’alcool ou de drogue.

Le professeur Seena Fazel de l’Université d’Oxford, qui a dirigé l’étude, a déclaré que les résultats suggèrent que la violence domestique pourrait être réduite avec des améliorations des services de traitement de la toxicomanie et de l’alcoolisme et un meilleur suivi des délinquants.

« Les programmes de traitement pour les auteurs de délits n’ont pas été très efficaces jusqu’à présent – ce qui reflète probablement le manque de preuves de haute qualité sur les facteurs de risque qui peuvent être ciblés », a déclaré le professeur Fazel à BBC News.

« Les programmes de prévention et d’intervention devraient donner la priorité à l’abus de substances et les auteurs devraient être évalués pour l’abus de substances afin de prévenir la récidive », a-t-il dit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here