Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Aly Ngouille Ndiaye a présidé, hier à Touba, la réunion d’évaluation du grand Magal prévu le 17 octobre prochain. L’occasion a été saisie par le président du Comité d’organisation, Cheikh Bassirou Mbacké Abdou Khadr pour l’interpeller sur le problème de l’eau et de l’assainissement dans ville sainte.

En effet, malgré l’existence de 29 forages, Touba est encore confrontée à des pénuries. Ce que le porte-parole du Khalife ne parvient toujours pas à comprendre. «L’ancien ministre de l’hydraulique avait construit 4 forages, l’année dernière et son successeur en a construit deux, donc c’est une bonne chose. Mais, c’est le réseau qui pose problème à Touba. Selon des experts, les forages peuvent alimenter la ville. Le réseau hydraulique est défectueux à cause de sa vétusté. Si 29 forages ne peuvent pas servir une ville, cela montre qu’il y a un problème», a-t-il déclaré.

Quid des eaux stagnantes ? Là, Serigne Bass Abdou Khadr affirme qu’elles «font parties des priorités et nous vous (Aly Ngouille) demandons de passer le message à son ministre de tutelle. Qui doit redoubler d’efforts en considérant cela comme son sacerdoce, parce que la plupart des routes dans la ville sont impraticables à l’image de la route de Dianatou Mahwa, celle de vers Mbacké à hauteur de Darou Marnane, celle de Touba Bélél entre autres».

«Puisque le réseau d’assainissement n’est pas encore arrivé au niveau de certains point bas, il faut qu’on trouve des solutions car si on n’évacue pas lesdites eaux jusqu’au jour du Magal, les problèmes vont intensifier», a-t-il ajouté.

Serigne Bass a en outre déploré le fait que dit-il, ceux qui sont envoyés dans les réunions préparatoires du grand Magal de Touba ne sont habilités à prendre aucune décision.

Actusen

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here