Le Conseil constitutionnel algérien n’a reçu aucune candidature jusqu’au samedi 25 mai, la date fixée pour le délai du dépôt des candidatures à l’élection présidentielle du 4 juillet.

Cette situation laisse entrevoir un report du scrutin qui « n’est pas prévu par la Constitution du pays », selon notre correspondant à Alger, Mohamed Arezki Himeur.

Le Conseil constitutionnel doit « statuer » sur « cette situation inédite » lors d’une réunion prévue ce dimanche, annonce l’Agence France-Presse, citant la radio nationale algérienne.

 

Soixante-dix-sept sept dossiers de candidature avaient été retirés auprès du ministère de l’Intérieur en vue du scrutin.

La collecte de 60 000 signatures exigées de chacune des candidatures pour leur parrainage a été rendue difficile par le refus des manifestants opposés à la tenue cette élection.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here