Le procès de Thione Seck dit Ballago et son co-accusé, Allaye Djiteye s’est ouvert, ce jeudi, à la salle 3 du Tribunal correctionnel de Dakar. Dès le début de l’audience, Me Bamba Cissé, Ousmane Seye et Aliou Ciss, les avocats de la défense des intérêts du chanteur, ont demandé la nullité du procès verbal d’enquête préliminaire.

Thione Seck est poursuivi, avec son co-accusé, Allaye Djiteye, pour association de malfaiteurs, manipulation de faux billets, tentative d’escroquerie de personnes non identifiées, contrefait de signes monétaires. Interpellé le 27 mai 2015 par les éléments de la section de recherche de la gendarmerie pour détention de faux billets, le chanteur n’a pas bénéficié, selon ses conseils, de l’assistance d’un avocat pendant les premières heures de la garde à vue. Pour Me Bamba Cissé, c’est une violation manifeste du règlement numéro 5 de l’Uemoa qui exige la présence de l’avocat dès l’interpellation. Lequel règlement est entré en vigueur dans l’espace communautaire depuis le 1er janvier 2015. Arguant que la violation des droits de Thione Seck est «flagrante », Me Bamba Cissé demande au juge d’annuler le procès verbal d’enquête préliminaire et, par ricochet donc, l’ordonnance de renvoi. Son confrère Me Seye d’ajouter qu’un avocat de Thione Seck était même présent à la section de recherche de la gendarmerie, après l’interpellation de mai 2015, mais les enquêteurs lui ont refusé de voir son client.

Les avocats de la partie civile ont, à leur tour, plaidé «l’irrecevabilité » de la demande de la défense. D’après Me Mbaye Sarr, tous les moyens développés par les conseils de Thione Seck ont déjà fait l’objet d’une décision rendue par la chambre d’accusation. «Dans ce cas, ils ne peuvent plus être soumis à une autre juridiction », ajoute Me Sarr. Mieux, il indique que dans l’affaire Thione Seck, il s’agit d’une procédure de flagrance et non d’une enquête préliminaire. Pour ce cas de figure, rappelle-t-il, le règlement numéro 5 de l’Uemoa ne peut pas être invoqué. Son confrère Me Moussa Sarr a demandé au juge de rejeter toutes les exceptions de la défense qui, à son avis, sont «mal fondées ». Le procureur a aussi demandé au tribunal de rejeter ces exceptions. Le juge a joint les exceptions au fond. Le procès se poursuit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here