Toute sa vie, l’homme qui a ressuscité Chanel a fait preuve d’un sens aigu de l’autodérision, d’un contrôle de soi infaillible et d’une créativité débordante.

créateur de génie, personnage énigmatique et couturier exigeant à la verve cinglante, Karl Lagerfeld s’est éteint ce mardi 19 février. Auréolé d’un épais mystère – personne ne saurait attester précisément de sa date de naissance ni ne connaît avec certitude les détails de sa vie privée –, le directeur artistique au catogan poudré et lunettes de soleil opaques aura bouleversé l’histoire de la mode en général et celle des maisons de couture Chanel et Fendi (pour le prêt-à-porter femme) en particulier, parvenant toujours à capter l’air du temps avec humour.

Nul ne peut affirmer l’âge du couturier allemand. Pendant des années, ce dernier a volontairement semé le doute sur le sujet, se targuant de ne pas connaître lui-même sa date d’anniversaire. Toutefois, on imagine que Karl Lagerfeld – de son vrai nom Karl Otto Lagerfeldt – a environ une vingtaine d’années lorsqu’il arrive à Paris avec sa mère – une Prussienne. Comme une suite logique à la jeunesse aisée qu’il a menée outre-Rhin, Karl Lagerfeld, fils d’un homme d’affaires scandinave, pose ses valises dans un hôtel particulier germanopratin du Quai Voltaire, en 1954. À peine débarqué dans la capitale de la mode, les vents lui sont favorables. Ainsi, le jeune Karl remporte le premier prix du concours du « Secrétariat international de la laine », ex æquo avec un autre jeune couturier, Yves Saint Laurent – son futur meilleur ennemi. Le couturier Pierre Balmain, qui fait partie du jury, le remarque et le recrute alors comme assistant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here