Le président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct), Ousmane Tanor Dieng, était hier à Mbour pour évaluer la collecte de parrains. Il a invité tous les membres de la coalition Benno Bokk Yakaar à faire bloc autour de leur leader Macky Sall. Il en a profité pour égratigner Ousmane Sonko.

 

Le parrainage n’est pas de tout repos, dans le camp de la coalition au pouvoir. Hier lundi, en début de semaine, ministres, directeurs généraux, maires, agents administratifs ont tous fermé leur bureau pour participer à une réunion d’information et d’évaluation de la coalition Benno Bokk Yaakaar. Ousmane Tanor Dieng, délégué régional du parrainage à Thiès, a profité de l’occasion pour remobiliser et galvaniser les troupes.  »Nous n’avons qu’un seul objectif : réélire Macky Sall au premier tour. Chaque personne a ses propres potentialités. Qu’on les unisse pour un même combat : celui de réélire notre leader. Nous avons de vrais adversaires, il faut qu’on les prenne en compte. Nous devons aussi prendre toutes les précautions afin d’obtenir de bons résultats. Ces élections doivent être prises très au sérieux. Occupez le terrain ! », invite-t-il.

L’occasion étant belle, le socialiste en a profité pour jeter une pierre dans le jardin d’Ousmane Sonko, leader de Pastef. ‘’Dans chaque pays, si vous n’avez pas de stabilité, vous n’avez rien. Ne vous laissez pas berner par des solutions qui n’en sont pas unes. La vraie solution : c’est Macky Sall. Je ne parle pas des solutions qui sortent de je ne sais où. Laissons-les parler et soyons dans l’action. Ce qui est important, c’est de partager ce désir de vaincre. Allons voir les populations avec le bilan de Macky Sall. Celui qui a fait tout cela en 7 ans, on peut s’attendre que, si on lui donne 5 ans de plus, ça va être une véritable émergence. Nous y travaillerons », promet le patron du Parti socialiste (Ps).

Le président du Hcct, après avoir battu le rappel des troupes dans sa commune, se rendra à Thiès, puis à Tivaouane pour s’entretenir avec les militants. Il veut que chaque militant y mette du sien.  »Chacun a sa place dans ce travail. Ce n’est pas la peine de faire des agitations, des contestations ou de sentir des frustrations. Nous devons être un et former une équipe forte autour de notre leader. C’est une équipe forte qui va gagner’’, prévient-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here