Une enquête de la BBC révèle que des femmes ont été exploitées sexuellement en Syrie par des employés des agences de l’ONU et d’organisations caritatives internationales.

Des humanitaires affirment que des employés des organisations caritatives ont eu à distribuer de la nourriture en échange de « faveurs sexuelles », dans ce pays empêtré dans une guerre civile depuis sept ans. Ce phénomène existe encore, malgré les mises en garde des organisations humanitaires contre les employés indélicats, rapportent James Landale et Vinnie O’Dowd, deux journalistes de la BBC. Des agences des Nations unies et des organisations caritatives contactées par les journalistes affirment avoir mené une politique de « tolérance zéro » à l’égard des auteurs de cette forme d’exploitation. D’autres organisations disent n’avoir été au courant d’aucun cas d’abus sexuel mettant en cause leurs employés.

Mais des travailleurs humanitaires ont déclaré à la BBC que l’exploitation sexuelle est tellement répandue que certaines femmes syriennes refusent d’aller dans les centres de distribution d’aide alimentaire.

Le phénomène est répandu à telle enseigne que, dans la zone, des femmes sont soupçonnées de s’être livrées à de fines parties en échange de l’aide apportée à la maison, affirment certaines d’entre elles interrogées par les journalistes.

Certains travailleurs humanitaires « retenaient l’aide qui avait été fournie et utilisaient ensuite ces femmes à des fins sexuelles », a déclaré Mme Spencer  conseillère humanitaire d’une organisation caritative en Syrie.

Ces derniers temps, les organisations humanitaires sont au cœur de scandales sexuels dans les zones de guerre les plus vulnérables.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here