La prochaine occasion était fatale. Côté gauche, Rabiot s’appuyait sur Kurzawa puis centrait en direction de Neymar.

Le numéro 10 frappait sans contrôle mais c’est Rolando qui déviait dans son propre but (2-0, 27e). La mi-temps allait faire du bien à Marseille même s’il devait essuyer une nouvelle tentative de Neymar de peu à côté (37e). Le changement d’Ocampos par Sanson faisait un peu de bien aux Phocéens. La tête de Zambo était trop faible pour inquiéter Areola (44e) alors que la frappe de Payet ne trouvait pas le cadre (45e+1). Mieux en cette fin de première mi-temps, l’OM pouvait capitaliser là-dessus mais Paris repartait fort en ce début de seconde période. Après une première accélération dévastatrice de Mbappé (48e), c’est Neymar qui faisait encore très mal. Il accélérait côté gauche, déposant tout le monde au passage et envoyant un centre parfait pour Cavani. L’Uruguayen pivotait sur lui-même et crucifiait Pelé (3-0, 55e).

Le match était d’ores et déjà joué mais l’OM montrait tout de même un peu de fierté. Luiz Gustavo frappait au-dessus (59e) et Rolando faisait briller Areola (63e). Emery profitait de ce temps faible de son équipe pour procéder à deux changements. Diarra et Mbappé, visiblement pas ravi de sortir, étaient remplacés par Motta et Di Maria (60e). La fin de rencontre était un peu curieuse. La tension montait d’un cran après une altercation entre Njie et Marquinhos (74e) mais surtout le jeu s’arrêtait après que Neymar s’écroulait à nouveau. Mais cette fois, il n’y avait pas de surenchère de la douleur. Le Brésilien s’est gravement foulé la cheville et sortait sur civière (81e). Certes Paris finissait à dix, mais c’était surtout une bien mauvaise nouvelle à dix jours du retour contre le Real Madrid, qui éclipse le bon résultat du soir et cette fin de match. Car on en oublierait presque les tentatives dangereuse de Di Maria (89e) et Draxler (90e+3).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here