Le maire de Dakar, Khalifa Sall, n’a rien à se reprocher dans l’affaire de malversations présumées dont le procès se tient devant la chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Dakar, ont à nouveau plaidé mardi ses avocats qui parlent d’un ’’dossier politique’’.
L’édile de la capitale sénégalaise, en détention préventive depuis le 7 mars dernier, est poursuivi pour détournement de deniers publics, escroquerie et association de malfaiteurs portant sur 1, 6 milliard de FCFA dans le cadre de la gestion de la « caisse d’avance’’ de la mairie Dakar.
Mais si l’on en croit ses avocats, qui ont continué leurs plaidoiries ce mardi, le maire de Dakar « n’a rien fait », cette affaire relevant d’un « dossier politique » selon eux.
« On lui a fabriqué une panoplie de délits. Il a fait ce que tous les maires ont fait avant lui. Nous faisons confiance au tribunal. Nous souhaitons que tout le monde sorte grandi de ce procès », a plaidé Me Wagane Diouf, l’un de ses avocats.
« On ne peut pas plaider ce dossier sans parler de politique, car il s’agit du maire de la capitale du Sénégal, Dakar », a souligné son confrère Me Issa Diop, au deuxième jour des plaidoiries de la défense.
« Il n y a pas de détournement, car l’argent a été mis à la disposition du maire par le conseil municipal. L’Etat n’a rien à voir avec la gestion de la mairie de Dakar », a soutenu Me Diop.
Pour Me Abou Dialy Kane, le procureur, Serigne Bassirou Guèye, « ne peut pas demander la relaxe pour les percepteurs municipaux et laisser Khalifa Sall en prison, alors que leur destin est intimement lié à celui de Khalifa Sall ».
A ses yeux, « il y a une absence de motivation par référence dans le réquisitoire introductif du procureur qui reprend mot à mot l’ordonnance de renvoi. Un fait qui est plus grave que les délits qu’on reproche aux prévenus ». « Dans ce pays, a conclu l’avocat, il y a la crise des valeurs ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here