Marseille, vainqueur de Bordeaux (1-0), a profité du faux pas de Lyon plus tôt à Lille (2-2) pour creuser l’écart sur son rival et conforter sa place sur le podium, en clôture de la 26e journée. Les Olympiens s’en sont remis une nouvelle fois à Florian Thauvin, auteur de l’unique but de la soirée d’une tête imparable sur un service de Payet (35e), pour faire la différence. Marseille, qui compte un point de retard sur Monaco (2e, 56e points), se rend à Paris dimanche prochain pour le « clasico ».

L’OM a du chien et bouffe du Lyon. Pour le nouvel an chinois et l’année du chien, le club de Frank McCourt a probablement séduit ses potentiels supporters chinois, en arborant des maillots floqués en mandarin mais également de par sa performance du soir, de très bonne augure avant d’aller défier le Paris SG le 25 février pour le « Clasico ».

L’homme d’affaires américain de l’OM a pu mesurer les progrès de son équipe: pour son premier match de propriétaire au Vélodrome, le 30 octobre 2016, il avait vu un triste 0-0 entre les vieux rivaux girondins et phocéens.

Cette fois, son équipe n’a mis qu’un but, mais elle a déployé un jeu offensif et maîtrisé qui aurait pu rapporter plus, face à un Bordeaux très recroquevillé. Monaco (2e) n’est qu’à un point, la Ligue des champions est envisageable dès la saison prochaine, avec un an d’avance sur les prévisions de l’OM champion project.

Si McCourt n’est pas un expert en football, il a compris qu’il possédait un « star player » avec Thauvin, qui a marqué d’une tête smashée-décroisée son 21e but de la saison (35), toutes compétitions confondues.

Thauvin gladiateur 

L’attaquant, de son côté, investit tout dans son « Russia world project »… Il est sorti sous une ovation de gladiateur (87).

Face à cet OM sûr de sa force, Gus Poyet a donc connu sa première défaite, après trois succès de rang depuis qu’il a remplacé Jocelyn Gourvennec. Les Girondins stoppent leur remontée à quatre victoires, puisqu’ils avaient gagné à Nantes (1-0) avec Éric Bédouet, intérimaire entre le départ de « Josse » et l’arrivée de l’Uruguayen.

Mais, sous les yeux du XV de France, qui reçoit l’Italie à l’Orange Vélodrome le 23 février dans le Tournoi des six nations, Bordeaux n’a guère montré de la combativité et de la discipline collective. Quand il a fallu attaquer, c’était emmêlé.

Marseille tenait le ballon et déployait patiemment ses attaques, mais le bloc bordelais à l’uruguayenne ne se laissait pas facilement contourner.

Valère Germain a eu deux belles occasions, sur des frappes repoussées par Benoît Costil, mais le gardien girondin en a récupéré une (8) et Nicolas De Préville a sauvé l’autre sur sa ligne (24).

Les Marines n’arrivaient que rarement jusqu’à Yohann Pelé, et les coups de tête de Gaëtan Laborde n’étaient pas dangereux (24, 30, 42).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here