Après l’éducation, le réchauffement climatique. Dans le cadre de sa visite de deux jours au Sénégal, Emmanuel Macron se trouve à Saint-Louis, où il doit annoncer une aide pour combattre l’érosion côtière, qui a déjà forcé 200 familles à déménager.

Des dizaines de milliers d’habitants de Saint-Louis du Sénégal se sont déplacés, samedi 3 février, pour accueillir Emmanuel Macron. Massés sur plusieurs rangs le long des routes menant du petit aérodrome au cœur historique de la ville, les habitants ont salué le convoi présidentiel avec des chants de bienvenue, des portraits des deux chefs d’État ainsi qu’avec des drapeaux français et sénégalais.

Le président français, qui a atterri dans la matinée avec son homologue sénégalais, Macky Sall, y est très attendu. Après avoir consacré à l’éducation sa première journée de visite au Sénégal, vendredi à Dakar, il doit annoncer un renforcement de l’aide pour combattre l’érosion côtière, qui menace l’ancienne capitale de l’Afrique occidentale française.

« Le maire de Saint-Louis est venu en France à l’occasion du One planet Summit en décembre.  Il avait dit à Emmanuel Macron de venir  voir à quel point le réchauffement climatique menaçait sa ville, prête à s’effondrer sous les eaux », rappelle Stéphanie Antoine, envoyée spéciale à Saint-Louis du Sénégal.

Deux cents familles forcées à déménager

La situation est plus qu’urgente dans cette ville de pêcheurs située à l’embouchure du fleuve Sénégal. Sur la Langue de Barbarie, bande de sable face à Saint-Louis, l’assaut des vagues a déjà obligé 200 familles à déménager. Quelque 900 autres sont également menacées de devoir quitter leur habitation.

Le chef de l’État français devait annoncer à la mi-journée, de concert avec le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, un plan de financement de plusieurs dizaines de millions d’euros pour aider ces habitants.

« Le président français doit annoncer une aide de 15 millions d’euros pour la construction d’une digue pour protéger la ville. Une aide de 25 millions devrait aussi être débloquée pour rénover les vieux quartiers de Saint-Louis », précise Stéphanie Antoine. Le président de la Banque mondiale doit, lui, annoncer une aide 30 millions de dollars pour venir en aide aux 900 familles menacées de délocalisation.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here