Entre les appels à manifestations politiques et les habitants de Saint-Louis exprimant leurs attentes sur les ondes de Sud FM pour réclamer écoles et autres infrastructures, la visite de Macron et les réactions qu’elle suscite représentent un bon baromètre de l’état d’esprit colonial dans lequel une bonne partie des sénégalais se maintient volontairement:
– d’un côté, une partie de la classe politique qui appelle à manifester pour étaler les manquements du régime Sall, sollicitant par là même l’intervention d’une ex métropole qu’on accuse pourtant d’ingérence répétée dans nos affaires;
– de l’autre, une partie du peuple qui transmet à la France des doléances dont la satisfaction incombe exclusivement à ceux qu’il a investi de sa confiance, Macky Sall en premier.
Que les choses soient claires, Macron n’a rien à faire de nos problèmes intérieurs dès lors que les intérêts français sont garantis, et sur ce terrain, Macky est plus qu’un bon préfet de « nos ancêtres les gaulois ».
Mais au delà, notre inconséquence et notre manque de fierté nationale ne justifient-ils pas amplement le manque de considération et d’estime, le regard dédaigneux que les autres nous portent, les autorisant même au cliché extrême de « pays de merde ».

Est-il normal, 57 ans après nos frêles indépendances, que populations et classe politique se livrent encore à des opérations de  » wayane » et de « yolé » auprès de la France. Ces attitudes seraient-elles concevables de la part des populations ou de l’élite française à l’occasion d’une visite (qui passe toujours inaperçue dans l’hexagone) d’un président Africain?

Voilà les questions qui appellent à une prise de conscience et une remise en cause. Elles ne sont pas simplement symptomatiques, mais révélatrices de complexes, sources de toutes nos asthénies.

En définitive, en dehors des activités et manifestations contre la françafrique et ses attributs (franc CFA, APE, vampirisme économique, manipulations sécuritaires…), tout le reste relève du folklore.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here