La ministre de la Microfinance et de l’Economie solidaire, Aminata Angélique Manga, assimile le braquage survenu jeudi sur l’axe Diouloulou-Bignona à un « acte de banditisme » et appelle les services sécuritaires à faire de la traque des malfaiteurs « une priorité », afin de préserver « le dynamisme économique » des régions du sud du pays.
Quatre touristes de nationalité espagnole, dont trois femmes, ont été enlevés jeudi en début d’après-midi, entre les villages de Karong et de Kataba 2, dans la commune de Diouloulou, par des hommes armés.
Ces derniers « ont violé les femmes avant de les libérer », a appris l’APS de source sécuritaire, le même jour.
« Ce n’est que du banditisme. La femme est très sacrée chez les Casamançais. C’est contraire à nos réalités. Ce sont des bandits qui ont commis ces actes regrettables sur des touristes espagnoles », a réagi Mme Manga.
Elle rendait visite aux familles des victimes de la tuerie de Boffa-Bayotte du 6 janvier dernier.
Accompagnée de ses collaborateurs, Aminata Angélique Manga s’est rendue dans les quartiers de Kandialan, Kénia, Néma 2 et Grand-Yoff, dans la commune de Ziguinchor.
« Nous sommes dans une République, qui a une armée professionnelle et une gendarmerie rompue à la tâche, qui ont reçu des instructions fermes pour traquer tous les malfaiteurs de tous bords. Ces individus armés, qui ont commis ce braquage, auront la punition qu’ils méritent », a-t-elle poursuivi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here